MastaBrandon and Hype Brandon present BrandonBrandon Collectif and the BrandonBrandon Family.
Smart. Only Good taste. Because it makes life more beautiful to be always well dressed, have good music in the ears and be aware of the time we're living. Youth-Streetwear-Music-Technology. Innovation.
For the BrandonBrandon Playlist: http://www.trntbl.me/BrandonBrandon


BrandonBrandon loves Icona Pop on Kitsuné Maison 10!

Comments

Sell everything, we go sailing.



Durant ses années College à Denver, Patrick rencontra Alaina.Ellle était blonde et légère, il était snob et jouait au tennis. Ils faisaient un peu de musique en parallèle dans des bands locaux. Ils auraient bien voulu être connus et devenir des rock stars. Mais c’était plus un passe-temps et puis c’était pas très sérieux. Il s’agit plutôt de finir le master en communication puis trouver un vrai job dans la vraie vie. Ils rangèrent les instruments au dessus des armoires et sous la poussière, ils se marièrent, achetèrent un appartement en banlieue et enfilaient tous les matins leurs costumes à 7h45.

Un jour, alors qu’il essayait de ne plus entendre les blagues bien grasses de ses collègues, Patrick comprit enfin le malaise qui le prenait au ventre depuis des mois. C’était cette peur de passer à coté de sa vie et de ses envies : Il devait partir loin et longtemps. Il rentra chez lui en courant, Alaina alla chercher leurs économies des 3 dernières années et ils achetèrent un voilier. Ils apprirent à manier le navire et se jetèrent à la mer au port de Baltimore. Ils entamèrent leur périple le long des côtes américaines en passant par la Floride pour atteindre Panama.



Un soir, sirotant des Capirinhas dans un bar de Marathon, Florida, le jukebox passait « Baby, it’s You » des Shirelles , et ils tiltèrent : ce son feutré, calme et lointain, reflétait exactement le rêve qu’ils étaient en train de vivre. Ils commencèrent alors à composer sur le bord du bateau des morceaux intimistes et personnels comptants leur aventure. Ainsi, de retour à Denver, ils avaient mis au monde un premier EP, très inspirant : « Baltimore ». Le succès fut immédiat, à tel point qu’ils n’eurent même pas à reprendre leurs jobs respectifs et qu’ils commencèrent des tournées à travers les Etats-Unis.

A écouter quand vous faites des applications online à 23h47 dans votre 17m², au 6ème étage sans ascenseur.

Comments
Share |

Tennis - Marathon

Comments

Tennis - South Carolina

Comments

Not if you were the last hippie on Earth.



Alexander, Alexander Michael Tahquitz Ebert de son vrai nom, est un peu le dernier hipster respectable de la côte ouest. Il est grand, mince, les traits tirés par l’excès de drogues et donne l’impression d’être à la fois brillant et fragile. Fils d’artistes et d’intellectuels libertins abrutis par la Marijuana, il était prédestiné à devenir un nomade perdu sur les plages de Californie. Il a donc passé son enfance sous le soleil de Los Angeles en rêvant de devenir rappeur. Cette idée rapidement abandonnée, il finit par se rabattre sur la pop en créant Ima Robot en 1997. Malheureusement, tout le monde n’est pas Phoenix et c’est une tâche particulièrement ardue de faire du neuf et du dynamique en pop-rock de nos jours.

Ainsi, il a passé ses années 2000 à galérer de petits boulots et de concerts, vivant en colloc, sortant tous les soirs à se cramer la santé et à vieillir en accéléré sans jamais en voir ni le bout ni le sens.

Un jour, il se regarda dans la glace de la salle de bain et ne reconnaissait plus rien autour de lui, ni celui qui se tenait dans le miroir. Il se retourna alors pour la première fois sur son passé et sa chambre en désordre. Il avait 33ans, l’âge de Jésus Christ et Bob Marley. Pris d’une crise d’angoisse, il fit sa valise, brisa le peu d’attache qu’il avait encore à LA pour partir vers le Nord de la Californie.

Il y vécut quelques années, à dormir sur un matelas dans un 10m² en essayant de retrouver une motivation. Il finit par la rencontrer à la terrasse d’un café. Elle s’appelait Jade Castrino, et avait un sourire qui prenait la moitié du visage. Elle était pleine de compréhension et particulièrement sensible au charme désespéré d’Alex.



A son contact, il découvrit en lui un nouveau pan de sa personnalité, il l’appellera Edward Sharpe. Celui qui est descendu sur terre pour sauver les hommes mais qui n’en fit jamais rien car toujours distrait par la beauté des femmes. Ils composèrent alors ensemble les morceaux (Home, 40 Days Dream, River Of Love…) du fameux groupe Edward Sharpe and The Magnetic Zeros au succès que l’on connait.Ils représentent un peu le dernier rempart avant le cynisme et le relativisme. Ils nous permettent de rêver de liberté tant qu’il est encore temps.

« Truth » est le premier morceau de son projet solo, plus folk/accoustique mais tout aussi émouvant. On s’imagine un peu dans In to the Wild, assis au milieu des sapins à chanter pour les ours et les écureuils.

Comments
Share |

Alexander - Truth

Comments

Voici un concert d’Edward Sharpe and the Magnetic Zeros au Regent Theater de SF. 40 Day Dream

Comments

Voici un concert de Edward Sharpe and the Magnetic Zeros réalisé par la blogothèque dans la rue à San Francisco. On sort les intruments et on improvise un concert.

Comments

The Pharcyde - Drop

Comments

BrandonBrandon is in love with Janelle Monae. “Cold War”, an original hypnotic new video.

Comments

Icona Pop - La pop du Sexe fort



Ha ! « Manners », l’hymne obsédant de la femme forte écrasante de self-confidence. Sûre de sa beauté, de son intelligence, de sa supériorité. Elle lance avec un profond dédain « There is no one like me, you’re coming back ». C’est elle qui décide quand ça commence et quand ça termine.
Ou peut-être est-ce un cri du cœur d’une femme affaiblie et malheureuse qui aimerait s’affirmer comme forte et puissante et qui essaie de se convaincre par la méthode Coué qu’il reviendra parce que c’est la meilleure.
« Manners » en tout cas ne laisse pas indifférent, elle fait même un peu flipper (je m’adresse aux lecteurs masculins).

Icona pop est un duo de suédoises (encoooore ?), qui elles clairement ne peuvent pas laisser indifférent (je m’adresse encore aux lecteurs masculins), on a pour l’instant que ce titre mais l’on attend avec impatience un album. Il y avait encore quelques mois de cela, une vidéo d’un live sur youtube où elles reprenaient « Paris » de Friendly Fires, version acoustique qui faisait rêver. Bien sûr vous êtes les bienvenues à Paris, mesdames !

A écouter, quand vous êtes une fille et que vous êtes trop vénère parce que les hommes c’est pas des mecs biens.

Comments
Share |

Icona Pop - Manners

Comments

I Used To Live in A Psychic City…





Yacht, un duo de Portland qui nous permet de passer l’été en sirotant des Capirinha dans les parcs parisiens.

Avec leur album “See Mystery Lighs”, ils signent un manifeste du laisser-aller et du style de vie hédoniste “je me laisse pousser par le vent”.

Dans “Psychic City”, on imagine tous facilement cette ville qu’ils descrivent:
“I Used to live in a Heartbeat city, I swear I’d fall in love every minute in the street,
You might be walking round the corner and our eye might meet…
Where’ve you been darling, we’ve been holding this moment for you”.


A écouter au moment où vous alliez ranger votre appart, faire votre lessive, payer vos impôts et vous lever tôt parce que vous aviez pris des bonnes résolutions.

Comments
Share |

Yacht - Psychic City

Comments

Amari - Tiger

Une video kitchissime from Outta Space du nouveau single des Italiens de Amari: “Tiger”. De la pop légère, pleine d’humour et d’absurde.


Amari - Tiger from Francesco Calabrese on Vimeo.

Comments
Share |